Monatsarchiv: Oktober 2014

Französisches Echo

In den Berichten der französischen Zeitungen über die Ausstellung „Sous le vent de l’art brut 2 – La collection de Stadshof“ in der „Halle Saint Pierre“ in Paris wird häufig auch auf die Objekte von Markus Meurer eingegangen (Übertragungen ins Deutsche folgen):

Paris Ile-de-France
(22.9.2014)
“On croise aussi les créatures de l’Allemand Markus Meurer. Toujours considéré comme inadapté à sa société, il s’est fait une habitude d’en collecter la matière délaissée, et de l’assembler selon ses propres normes, pour créer des fétiches protecteurs, qui représentent des insectes, des avions ou ses propres parents. L’imaginaire est fantastique, sombre ou tourmenté.“ CM/EB

metronews.fr
(23.9.2014)
“Les sculptures de l’Allemand Markus Meurer, longtemps considéré comme un marginal, valent également le coup d’œil. Construits à partir de déchets – chaussures, boîtes de conserve, jouets cassés… –, des fétiches brinquebalants se révèlent drôles et très attendrissants, un peu de réconfort dans ce monde de brut.”
Judith Korber

.

animula vagula
(2.10.2014)
“J’en passe et des étonnantes que vous découvrirez à votre tour avant de vous offrir le catalogue à la librairie de l’établissement. Impossible dans les limites qui me sont imparties de vous décliner le toutim. Tout ce que je peux faire c’est insister sur le choix des œuvres présentées, le soin apporté à la scénographie et à la qualité des éclairages. Attention, cette magie est dangereuse pour votre esprit critique! Martine Lusardy est un peu trop en possession de ses moyens. Certaines pièces m’ont paru boostées par son savoir-faire expositoire. Un peu plus grandioses qu’elles ne sont en réalité.
Cette impression flatteuse se dissipe (ou se confirme) au premier étage. Là dans l’inondation de lumière due au ciel rapproché, plus moyen de s’illusionner. Plutôt raides m’ont paru les pantins de bois de Sai Kijima. Quant aux sculptures de Marcus Meurer, si ses assemblages sont savamment emberlificotés et bricoleusement inventifs, leur expressivité m’a semblé dirigée vers des significations réalistes univoques. Raison pour laquelle je ne suis pas folle du carton d’invitation de l’expo.“                                                                                Anima

L’Agora des Arts
(17.9.2014)
“ou encore ces très curieux insectes de Markus Meurer réalisés avec des ampoules, un revolver ou une chaussure, des assemblages aussi ingénieux que ludiques. “                                                                                                              Catherne Rigollet

.
Froggy’s Delight
(12.10.2014)
„Avec ses créatures „alien“ constituées par l’assemblage d’objets de récupération, Markus Meurer pratique „l’art du déchet“ qui n’est pas sans évoquer les pratiques du Nouveau réalisme.“ (MM)

.
LA QUINZAINE LITTÉRAIRE(16/31 oct 2014)
“ Allemand, Markus Meurer (né en 1959) construit des assemblages complexes d’objets métalliques, de roues et de rouages, de fil de fer, de barres, de jouets. Ce seraient des insects-véhicules, des robots rouillés, un avion-requin. Il n’applique aucune hiérarchie entre les matériaux. Il n’oppose pas l’esthétique au dégoûtant. Selon lui, “les déchets n’existent pas, la matière est vivante”. Il ne se plie pas aux régles des fonctionaires; il aime sa famille et ceux qui n’ont nulle défense. Afin de protéger les siens et de se protéger contre les mauvais esprits, il fabrique des „fétiches“ mystérieux qui irradient la puissance et la sauvegarde. Il lie et noue les fils électriques, les cables, les ceintures, les tuyaux.”
Gilbert Lascault

Advertisements

Markus Meurer im Internet-Lexikon Wikipedia

Das Internet-Lexikon Wikipedia nimmt nicht jeden auf, der meint, wichtig zu sein. Auch für Künstler gelten strenge Kriterien, damit sie hier aufgeführt werden. Seit zwei Wochen kann man Markus Meurer bei Wikipedia finden.
Nach den wichtigen Ausstellungen und Veröffentlichungen in diesem Jahr hat offensichtlich ein Mitarbeiter bei Wikipedia entschieden, dass es an der Zeit sei, Markus Meurer in das Lexikon aufzunehmen. Herzlichen Glückwunsch!

http://de.wikipedia.org/wiki/Markus_Meurer

Atelier Oktober 2014

Atelier Oktober 2014

Outsider Art Exhibition / Jahresausstellung im Kunsthaus Kannen in Münster

Seit Sonntag ist in Münster die Jahresausstellung im Kunsthaus Kannen in Münster geöffnet. Eine Fülle reizvoller Kunstwerke aus dem Bereich der Outsider Art ist hier zu entdecken (und zu kaufen). Markus Meurer ist  mit einigen Objekten vertreten.

Markus Meurer, Bunter Vogel, Assemblage, 2014, 11x9x16 cm

Markus Meurer, Bunter Vogel, Assemblage, 2014, 11x9x16 cm

Die Ausstellung ist zu sehen bis zum 25.Januar 2015, dienstags bis sonntags 13 -17 Uhr.

Markus Meurer, Ente, Assemblage, 2008, 38x36x21 cm

Markus Meurer, Ente, Assemblage, 2008, 38x36x21 cm

Werke für Münster

Auch bei der diesjährigen Jahresausstellung im Kunsthaus Kannen in Münster ist Markus Meurer mit etlichen noch nicht gezeigten Werken vertreten. Die ausgestellten Werke können gekauft werden.                                       (Zur Vergrößerung die Bilder bitte anklicken.)

Markus Meurer, Korallenfisch, 2012, 16x24x33 cm

Markus Meurer, Korallenfisch, 2012, 16x24x33 cm

Markus Meurer, Molekülbringer, 2013, 19x12x12 cm

Markus Meurer, Molekülbringer, 2013, 19x12x12 cm

Die Ausstellung wird eröffnet am Sonntag, dem 12. Oktober, 15 Uhr, und läuft bis zum 25. Januar 2015. Sie ist dienstags bis sonntags, 13 – 17 Uhr geöffnet.   Anschrift: Kunsthaus Kannen, Alexianerweg 9, 48163 Münster

M.Meurer, Halt den Schnabel, es geht um die Wurst, 2014, 12x12x26 cm

M.Meurer, Halt den Schnabel, es geht um die Wurst, 2014, 12x12x26 cm

Markus Meurer, Becherglück, 2014, 31x17x8 cm

Markus Meurer, Becherglück, 2014, 31x17x8 cm

Biographie / L’œuvre artistique

(Wegen der Ausstellung in Paris kommen viele französische Besucher auf diesen Blog. Für sie sind die folgenden Texte in ihrer Muttersprache.)

Biographie

Markus Meurer est né en 1959 au pied d’une ruine de château-fort à Monreal, bourg dans la Eifel (Allemagne). Sa maison paternelle fut construite par ses grands-parents le versant d’une montagne. C’est là, que Markus Meurer a grandi au sein de sa grande famille et en plein contact avec la nature. En lui racontant des histoires de Jules Verne et de Wernher von Braun son grand-père  éveillé chezle garçon l’amour de la technique et le goût des aventures d’imagination. Son père, en revanche, lui a dévoilé la beauté de la nature et lui a inculqué l’admiration des motos.
Depuis son enfance Markus Meurer a appris de son père, artiste autodidacte lui-aussi, et l’emploi des outils (pince, couteau et autres) et le travail des matériaux : fil de fer, métal, bois et pierre.

La maison paternelle, que son père avait déjà décorée d’oiseaux et de sculptures en bois ou en pierre, Markus Meurer l’a transformée en « œuvre-totale » avec des colonnes, fresques de plafond et sculptures.

Après la mort de ses parents, l’artiste Markus Meurer, dont le mode de vie est peu conforme aux normes du village se voit plus en plus exposé à des pressions par la commune de Monreal, de sorte qu’en 2006, il finit par émigrer avec sa femme anglaise. De décembre 2006 jusqu’à février 2008 le couple vit en Angleterre. Pendant ce temps, la commune de Monreal a déclaré sa maison inhabitable et la détruite en automne 2007.

En 2008 Markus Meurer rentre en Allemagne pour y vivre et y travailler dans le Niederrhein (le Bas-Rhin allemand).

Markus Meurer - "Papa" (Detail)

Markus Meurer – „Papa“ (Detail)

L’œuvre artistique

Comme « Natur und Technik-Künstler » (Artiste-nature et technique), c’est ainsi que Markus Meurer entend sa vocation et en tant que tel il rassemble tout ce que les autres jettent : verre brisé, papier de toutes les couleurs, matière plastique, boîtes-Coca froissées, ou même des os. Pour lui tout cela n‘ est point des déchets, mais du matériau dont il reconnaît la beauté cachée. Il le ramasse sentant que les objets n’attendent que d’être emportés par lui.

Avec un regard assuré pour les formes et pour l’essence cachée des objets trouvés, il les relie avec du fil de fer et les transforme par un acte créateur en sculptures imaginées, narratives ou figuratives. Dans ses mains d’artiste, inlassablement actives, naissent des insectes, poissons, véhicules hybrides, robots ou même des objets ailés. Ils montrent toujours le même style qu’on ne saurait méconnaître et qui est propre à l’auteur. C’est ainsi que se forment le plus souvent de petites sculptures mais aussi certaines de taille plus grande que nature. Elles font apparaître son amour de la nature mais aussi sa fascination de la technique.

A côté des objets, Markus Meurer produit aussi des aquarelles et des collages où les idées, qui le préoccupent, trouvent leur expression.
Markus Meurer est convaincu que ses œuvres possèdent une puissance curative et qu’elles émanent une influence protectrice et réconfortante, car ces objets qui semblent sans valeur ont gardé une énergie que l’artiste fait resurgir par son amour créateur..

Même des objets de tous les jours, que ce soient porte-manteau ou pelles, Markus Meurer les changent en leur donnant par son ambiance une fonction bienfaisante.

En 2007, Markus Meurer a publié le « Buch der Angst » (Livre de l’Angoisse) où il a mis ses idées en manuscrits.

Übersetzung: Heinz Lohaus

Markus Meurer, Virenmaschine, 1986, Technique mixte, 141x56x142 cm

Markus Meurer, Virenmaschine, 1986, Technique mixte, 141x56x142 cm